Cartes à jouer


Claire Labarbe et Louise Fang

Université Sorbonne Nouvelle

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, les cartes à jouer connaissent un immense succès au point de remplacer les dés comme loisir le plus prisé de l’époque. Simples bouts de papiers imprimés au dos de feuilles déjà utilisées ou véritables objets de luxe destinés exclusivement à l’ornementation d’un intérieur, elles envahissent alors toutes les couches de la société sous des formes très variées. Elles sont elles-mêmes des supports servant à symboliser un ordre monarchique idéalisé1. C’est ce symbolisme propre aux cartes qui en fait peu à peu un sujet de prédilection des artistes et des auteurs de l’époque moderne souhaitant dépeindre des scènes de la vie quotidienne et toutes les ambiguïtés de la tricherie généralement associée aux jeux de cartes.

 

fiche cartes

Lucas Van Leyden, Card Players, c. 1508-1510. National Gallery of Art, Londres.

Sommaire

I. Lexicographie
II. Histoire matérielle
III. Exploitations symboliques et littéraires
IV. Bibliographie

I. Lexicographie

Le terme card ainsi que l’expression playing card viennent du français « carte » et « carte à jouer» et désignent le matériau même de l’objet2. Ces termes apparaissent à la fin du XVe siècle et sont suivis de l’apparition en anglais de toute une terminologie propre aux jeux de cartes souvent empruntée aux lexiques italien et espagnol. L’importation de termes d’autres langues suit donc naturellement la diffusion de l’objet en Angleterre. Ainsi spades, les piques, vient ou bien du pluriel italien de spada, ou de l’espagnol espada, l’épée, qui était autrefois une des couleurs des cartes à jouer. De même il semblerait que trump, l’atout, soit une déformation de triumph lui-même dérivé de l’espagnol triumfo. En ce qui concerne pip, que l’on retrouve notamment dans une réplique de The Taming of the Shrew 3, le terme était déjà employé pour désigner le nombre de points sur la surface d’un dé. On observe le même phénomène d’appropriation de mots venus de l’italien, de l’espagnol, ou du français pour les jeux de cartes comme le très prisé primero par exemple qui vient ou de l’espagnol primero, ou bien de l’italien primiera (il est évoqué pour la première fois en 1526 dans un traité de Francesco Berni publié à Rome et intitulé Capitolo del Gioco della Primiera, premier ouvrage dédié à un jeu de cartes).

Retour en haut

II. Histoire matérielle

1. Origines et fabrication

Si l’on a connaissance de textes faisant référence à des cartes à jouer en Europe et en Asie dès le XIIIe siècle, l’apparition de cet objet en Angleterre est bien plus tardif. Selon Van Rensselaer4, les premières cartes apparues en Angleterre au XVe siècle venaient d’Espagne puis d’Allemagne, les couleurs n’étaient alors pas celles que nous connaissons aujourd’hui, avant l’adoption définitive du modèle français au cours des XVIe et XVIIe siècles5. Plusieurs hypothèses ont été émises quant à la signification des différentes couleurs et figures selon les pays6. Les figures anglaises, elles, seraient selon Van Rensselaer à l’effigie d’Henry VIII et d’Elizabeth York que l’on pourrait identifier grâce à la rose qu’elle tient à la main. On constate une uniformisation progressive des figures représentées par les cartes à jouer tout au long de l’époque moderne qui aboutit à l’imposition d’un moule spécifique par région en France en 1701 puis à l’adoption progressive du portrait de Paris en Europe au cours du XVIIIe siècle7.

Le processus de fabrication de la carte à jouer évolue peu du XVe au XVIIIe siècle8. Les cartes étaient formées par la superposition de trois papiers : le papier au pot sur lequel étaient imprimé les figures et les nombres (sauf s’il s’agissait de cartes de luxes dont on confiait l’ornementation à un artiste spécialisé), le papier mainbrune et le papier cartier qui était au dos de la carte. Les cartes étaient ensuite découpées puis assemblées par paquets. Le seul changement notable dans ce processus est le passage de moules en bois à des moules en cuivre au milieu du XVIIe siècle. La peinture suivante peut donner une idée sans doute assez réaliste de l’organisation d’une fabrique de cartes à la fin du XVIIe siècle:

Fabrique de cartes à jouer dans une maison de la place Dauphine, à Paris
1683 ou 1684. Gouache sur éventail non monté, 24 x 46 cm 
Musée Carnavalet, Arts graphiques, D 7778
©Bridgeman / Giraudon

2. Industrie et commerce

La question du protectionnisme touche de près l’industrie si l’on en croit la première référence que l’on ait de cartes à jouer en Angleterre, à savoir un acte de 1463 interdisant leur importation sur le sol anglais. Il fut suivi d’un autre acte promulgué en 1543 sous Edouard IV qui interdit l’importation de ces objets au même titre que les pièces des échiquiers9. De même, en 1615, suite à une demande formulée par les fabricants de cartes anglais, Jacques Ier décide de prélever une taxe sur les cartes à jouer importées et de les soumettre à un contrôle strict. Ces différentes mesures eurent des conséquences sur l’industrie des cartiers français dont certains choisirent de s’expatrier en Angleterre10. La première corporation anglaise de fabricants de jeux de cartes, The Worshipful Company of Makers of Playing Cards, est fondée en 1628 sous le règne de Charles Ier, date assez tardive, encore une fois, si on la compare à ces voisines européennes qui sont apparues un siècle plus tôt. Il était rare que les cartiers puissent vivre de ce seul revenu qui constituait donc souvent une activité annexe11. Si leur nombre augmente fortement durant la période moderne il commence à décroître au XVIIIe siècle.

Retour en haut

III. Exploitations symboliques et littéraires

  1. Cartes à jouer : le livre du diable

C’est au cours du XVIe siècle que les jeux de cartes trouvent une place dans la peinture et en particulier dans les scènes de genre de la peinture flamande telles qu’on peut les trouver chez Theodor Rombouts12 par exemple ou encore dans les pitture ridicole italiennes de la deuxième moitié du siècle. De plus en plus populaire, ce loisir suivait de véritables modes comme le montre l’épigramme de John Harington « Of the games in the Court that have beene in Request » où l’on voit se succéder tous les jeux les plus prisés de son temps : primero, poast and pare, maw, lodam, noddy etc. L’énumération que l’on trouve en 1534 dans Gargantua témoigne également du succès de ces jeux de hasard.13

Prenant le plus souvent place après le dîner, le jeu de cartes devient vite un signe parmi d’autres de la vie quotidienne. Ces scènes laissent le spectateur entrevoir l’intimité de la domesticité des XVIe et XVIIe siècles mais aussi l’univers dangereux de la taverne et tous ses pièges. En effet, cette scène de la vie de tous les jours n’en est pas dépourvue d’ambiguïté puisque le jeu de cartes – comme le jeu de dés – est avant tout propice à la supercherie et au vol. C’est le tricheur qui est le plus souvent au centre de ses tableaux. De Caravage14 à de La Tour15 en passant par Nicolas Régnier,16 les jeux de cartes permettent aux artistes de l’époque moderne d’instaurer un subtil jeu de regards entre trompeurs et trompés17. Les peintres caravagesques en particulier trouvent dans le clair-obscur une technique privilégiée pour rendre le jeu de dissimulation qui s’instaure entre les joueurs d’une partie de cartes. Du reste, beaucoup d’artistes comme Nicolas Régnier par exemple, s’amusent de l’immoralité de ce type de scènes en instaurant une complicité de fait entre le spectateur et le tricheur ou l’un de ses complices qui regarde directement dans sa direction18. Ces regards hors-cadre aux spectateurs peuvent se traduire au théâtre par des apartés récurrents où l’ironie dramatique atteint son point culminant comme on le voit dans la scène du jeu de cartes dans A Woman Killed with Kindness de Thomas Heywood par exemple.

C’est que les cartes à jouer sont une « invention du diable », ou encore « the devil’s picture book » expression que l’on retrouve souvent sous la plume de puritains inquiets de la popularité grandissante de ce loisir19. Le jeu de cartes est ainsi fortement opposé aux mérites guerriers du combat à l’acte IV scène 1 de la deuxième partie de Tamburlaine de Marlowe où le personage éponyme, voyant que son fils Calyphas a préféré le jeu au champ de bataille, le transperce de son épée20. De plus, les tricheurs qui hantent la plupart des tavernes si l’on en croit les écrits de l’époque sont aussi des maîtres de la dissimulation. C’est notamment ce qu’affirme Gilbert Walker : «the first and original ground of Cheating, is a counterfeit countenance in all thinges, a study to seeme to be that which they are not: »21 Les cartes font partie avec les dés, des jeux qui détournent les bonnes âmes du droit chemin. Ainsi le joueur invétéré n’a plus pour seule religion que sa propre victoire selon Charles Cotton.22 Toutefois, comme le montre John Harington dans son Treatise on Playe, aucun de ses arguments n’arriverait à le convaincre, lui ou ses lecteurs, de renoncer aux jeux de cartes et aux paris qui les accompagnent inévitablement.23

Retour en haut

  1. Les cartes à jouer au théâtre et en poésie

La carte à jouer devient ainsi le symbole par excellence de l’hypocrisie et de la duplicité. Dans son utilisation littéraire, elle interroge la sincérité des personnages qui s’adonnent au jeu. Ainsi la scène du jeu de cartes dans A Woman killed with Kindness, pièce à succès de Thomas Heywood de 1603, est aussi celle de la révélation de l’infidélité d’Anne Frankford à son mari24. Ce dernier devine la complicité de cette dernière et de son amant Wendoll à travers de nombreuses métaphores empruntées aux cartes. La scène se termine lorsque Frankford quitte le jeu après avoir comparé sa femme à la reine d’un jeu de cartes en jouant sur l’homophonie de « queen » et « queane » insulte qui signifiait selon l’OED « a bold or impudent woman ; a hussy ; spec. a prostitute ». Elles-mêmes objets d’art, les cartes offrent également une profusion d’autres symboles qu’exploitent à l’envi les dramaturges et écrivains de l’époque. Les cœurs, les carreaux, sont autant de renvois directs ou indirects aux personnages et à leurs relations. En effet, on trouve chez plusieurs auteurs une personnification de la carte à jouer ou une objectification des personnages.

Ce symbolisme explique notamment pourquoi la carte à jouer devient également très employée dans les métaphores et caricatures politiques censées dévoiler aux spectateurs l’hypocrisie de ceux qui les gouvernent. Dans King John, le Dauphin lui-même, lorsqu’il attaque l’Angleterre, décrit sa stratégie politique comme celle d’un joueur de cartes prêt à remporter la partie : « Have I not here the best cards for the game,/To win this easy match played for a crown? » (V.ii.105-106). On retrouve donc dans ces différents exemples l’idée de Roger Caillois selon laquelle « les jeux de cartes sont à l’image de la vie, elle aussi composition de hasard et d’industrie.»25 Les cartes à jouer sont « à la fois miroir et mémoire de la monarchie »26. Leur utilisation littéraire et symbolique construit un discours sur la société de leur temps jusqu’à contenir tout un royaume dans le poème de Walter Raleigh « On the Cardes and Dice » où les cartes à jouer permettent à l’auteur de décrire les festivités de Noël en l’Angleterre (période de l’année où tous les jeux bénéficiaient d’une plus grande tolérance).

Retour en haut

IV. Bibliographie

Ouvrages

Cinq Siècles de Cartes à Jouer en France, Bibliothèque Nationale, Galerie Mansart, Septembre-Octobre 1963

Des Cartes pour jouer, Rouen, Bibliothèque municipale de Rouen, 20 octobre – 31 décembre 1984

Belmas, Elisabeth, Jouer autrefois: essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Champ Vallon, 2006

Calon, Olivier, Jeux de Cartes: jeux de mains, jeux de vilains, Paris, Editions Du May, 1996

Mehl, Jean-Michel, Des Jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010

_______________, Les Jeux au royaume de France du XIIe au début du XVIe siècle, Fayard, 1990

Morley, H.T., Old and Curious Playing Cards: Their history and Types from many Countries and Periods, London, B.T. Batsford, Ltd, 1931

Van Rensselaer, John King, The Devil’s Picture Books: A History of Playing-Cards, London, T. Fisher Unwin, 1892

Articles

Hind, Arthur M., “An Elizabethan Pack of Playing-Cards”, The British Museum Quarterly, Vol.13, N°1 (Février 1939): 2-4

Hyatt Mayor, A. et Wynne, Marjorie G., “The Art of the Playing Card”, The Yale University Library Gazette, Vol.47, N°3, (Janvier 1973): 137-184

Sargent Fisher, Margaret, “The Devil’s Picture Books”, The Yale University Gazette, Vol.20, N°3, (Janvier 1946): 41-47
Retour en haut

  1. Jean-Michel Mehl, Des Jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010, p.341 []
  2. l’OED signale toutefois qu’on ne s’explique toujours pas à ce jour la déformation du « t » en « d » []
  3. « Well, was it fit for a servant to use his master so; being, perhaps, for aught I see, two and thirty, a pip out? » I.ii.582-584 []
  4. Van Rensselaer, John King, The Devil’s Picture Books: A History of Playing-Cards, London, T. Fisher Unwin, 1892, pp.102-103 []
  5. Cela expliquerait par exemple l’emploi du mot spade dérivé de l’espagnol spada avant l’apparition de « pique » []
  6. « En Europe méditerranéenne, on rencontrait couramment la série coupes, deniers, bâtons, épées qui représentaient, pense-t-on, le clergé, la noblesse, la bourgeoisie marchande et les paysans. En Allemagne, les symboles furent d’abord guerriers avant de laisser la place à la célèbre série gland, symbolisant la guerre, feuille, symbolisant la chasse, cœur, symbolisant l’amour et grelot, symbolisant les arts et métiers. Quant aux figures, elles trouvent leurs origines aussi bien dans l’Histoire que dans la Bible. Pallas, la dame de pique, était une déesse de la mythologie grecque. Hector, le valet de carreau, fut inspiré par l’Iliade dont il est un des héros. » in Olivier Calon, Jeux de Cartes: jeux de mains, jeux de vilains, Paris, Editions Du May, 1996, p.20 []
  7. Cinq Siècles de Cartes à Jouer en France, Bibliothèque Nationale, Galerie Mansart, Septembre-Octobre 1963, p.35 []
  8. pour en savoir plus consulter Cinq Siècles de Cartes à Jouer en France, Bibliothèque Nationale, Galerie Mansart, Septembre-Octobre 1963, p.14 et Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du XIIe au début du XVIe siècle, Fayard, 1990, pp.160-161 []
  9. tr. Act 3 Edw. IV c. 4   « No marchant..shal bryng..into this realme..chessemen, playeng cardes. » []
  10. Cinq Siècles de Cartes à Jouer en France, Bibliothèque Nationale, Galerie Mansart, Septembre-Octobre 1963, p.38 []
  11. Elisabeth Belmas, Jouer autrefois: essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Champ Vallon, 2006, p.266 []
  12. Theodor Rombouts, Les Joueurs de cartes, musée royal des beaux-arts, Anvers Lien: http://www.kmska.be/web//fr/collectie/albums/Kaartspelers.html, Les Joueurs de cartes, Residenzgalerie, Salzbourg Lien: http://residenzgalerie.at/Flaemischer-Barock.18.0.html?&cHash=12a57730eb&tx_csimageexplorer_pi1[image]=239, Le Jeu de cartes (vers 1620), musée de l’Ermitage, Saint Pétersbourg Lien: http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/digital-collection/01.+paintings/48228/?lng= []
  13. Selon J.-M. Mehl, les trente-cinq premiers jeux de cette liste sont en effet des jeux de cartes. Jean-Michel Mehl, Des Jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010, p.336 []
  14. Caravage, Les Tricheurs (1594-1595), Kimbell Art Museum, Fort Worth Lien : https://www.kimbellart.org/collection-object/cardsharps []
  15. Georges de La Tour, Le Tricheur à l’as de carreau, Paris, musée du Louvre, vers 1636-1638 Lien : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/le-tricheur-las-de-carreau []
  16. Nicolas Régnier, Farce carnavalesque (1617-1620), musée des Beaux-Arts, Rouen et La Farce (1623), Nationalmuseum, Stockholm Lien : http://nationalmuseum.se/sv/English-startpage/Collections/Painting/17th-century/Fortune-Telling-Scene/ []
  17. C’est ce qu’on retrouve bien sûr chez de La Tour et Caravage mais aussi dans d’autres toiles comme celle de Pietro Paolini, Les Tricheurs, 1625, collection particulière, où l’hypocrisie des personnages est signalée par un masque qui est comme suspendu dans le vide en bas à droite du tableau []
  18. Cf Nicolas Régnier, La Farce (1623), Nationalmuseum, Stockholm []
  19. Cf Van Rensselaer, John King, The Devil’s Picture Books: A History of Playing-Cards, London, T. Fisher Unwin, 1892, p.1 []
  20. Christopher Marlowe, The Complete Works, London, Penguin Classics, 2003, p.211 []
  21. Gilbert Walker, Mihil Mumchance, His discoverie of the Art of Cheating in false Dyce play and other unlawfull games; printed at London, by John Danter, 1597 []
  22. « Some say, he was born with Cards in his Hands, others, that he will die; but certainly it is all his Life, and whether he sleeps or wakes, he thinks of nothing else. He speaks the Language of the Game he plays at, better than the Language of his Country; and can less endure a Solecism in that than this: He knows no Judge but the Groom-porter, no Law but that of the Game, at which he is so expert, all appeal to him as subordinate Judges to the supream ones. He loves Winter more than Summer, because it affords more Gamesters; and Christmas more than any other time, because there is more Gaming then. He gives more willingly to the Butler than to the Poors Box, and is never more religious than when he prays he may win. » Charles Cotton, The Complete Gamester, 5th edition, London, Printed for J. Wilford at the Three Golden Flower-de-Luces in little Britain, 1725 [1674], p.19 []
  23. « Now though I know that holy and wise preachers may say, and say trewly, that as a man may be mery withowt laffing, quell hunger and thirst without surfeiting, so hee may refresh his sperites without dyce or card-playing; yet I will not be so severe and stoycall to pronownce that such play is unhonest, ungodly, unlawful, and by wise princes owght to be banished, not only owt of their howses, but owt of theyr dominions, as an infecter of manners, a spoiler of yowth, a waster of welth, yea, and of that which is not to be redeemed by welth, owr most precious tyme: for, if I shoulde holde a paradox, I shoulde have all our yowng lords, owr fayr ladyes, owr gallant gentlemen, and the flower of all England against mee; yea, to say truly, I should have myne own fansy and custome, nay even my owne opinion and judgment against mee: » John Harington, A Treatise on Playe, c.1597 []
  24. Thomas Heywood, A Woman Killed with Kindness, R.W. Van Fossen (ed), London, Methuen & co, 1961, scène viii []
  25. Roger Caillois, Jeux et Sports, Paris, Gallimard, 1967, p.969 []
  26. Jean-Michel Mehl, op.cit., p.334 []